• fatima-ezzahra1

Se familiariser avec les drones.


Un drone est un aéronef sans pilote à son bord et doté d’une certaine autonomie et d’une capacité de décision. Les drones ou UAV (Unmanned Aerial vehicle) possède une charge utile pour l’emport de matériels nécessaires à l’accomplissement des missions auxquelles ils sont employés. Notons que le mot drone peut également désigner les engins terrestres ou sous-marins autonomes.

Commençons sans plus attendre en passant le drone à la loupe dans cet article afin de découvrir toutes ses caractéristiques et toutes ses fonctions.

De quoi est-il composé ?


Un drone est composé de :

  • D’un châssis : c’est la base du drone. Selon les modèles, le châssis peut être différent et être composé de 3, 4, 6 ou 8 bras. Les bras d’un drone peuvent être simples ou doubles. Le châssis d’un drone doit être ergonomique afin de permettre à l’objet de s’envoler facilement. Les châssis peuvent être composés de bois, d’aluminium, de plastique ou encore de fibre de carbone. Selon l’utilisation souhaitée, le choix du matériau est important : un châssis en bois sera plus coûteux et un châssis en fibre de carbone sera plus léger et plus résistant.

Le châssis peut tout aussi bien être construit ou être acheté pour construire un drone. Il est même possible d’utiliser une imprimante 3D pour un résultat optimal, même si cela demande des connaissances dans ce domaine. Pour les débutants, le plus simple reste donc d’acheter son châssis en faisant attention à sa compatibilité avec les autres composants du drone.


  • un système de propulsion : c’est ce qui va permettre au châssis de s’envoler. Pour cela, le système de propulsion comprend des moteurs, des hélices, des batteries et des contrôleurs de vitesse électroniques (ESC). Selon ces différents éléments, le temps de vol ainsi que la charge maximale supportée par le drone pourront différer. De moteurs (rotors) : ils influent sur la charge maximale supportée et sur le temps de vol.

1. D’hélices : elles produisent de la poussée.

2. De contrôleurs de vitesses électroniques (ESC) : ils gèrent la vitesse, la direction et la rotation des moteurs.

3. D’une batterie : elle fournit l’énergie nécessaire aux autres composants électriques et est majoritairement au lithium polymère. À savoir : la tension de la batterie doit correspondre aux moteurs


  • Un contrôleur de vol : grâce à un microprocesseur et des capteurs, il permet de faire le lien entre le pilote et le drone. Pour effectuer la communication entre le pilote et le drone, il est également nécessaire d’utiliser une radiocommande d’aéromodélisme (RC) avec émetteur et récepteur portatif. La radiocommande et ses canaux permettront d’effectuer de nombreuses actions :

  1. Le tangage (mouvement d’avant en arrière).

  2. L’élévation (prendre ou perdre de l’altitude).

  3. Le lacet (pour la rotation).

  4. Le roulis (mouvement latéral).

  5. La radiocommande pourra également être configurée afin d’effectuer des zooms, d’armer ou de désarmer les moteurs, etc.

Voici un panel réduit des missions actuelles des drones, pour ne citer que quelques domaines d’application tels que :

• la reconnaissance et le sauvetage en condition atmosphérique extrême, ou les drones aideraient par exemple à la localisation de victimes potentielles ;

• l’inspection d’infrastructures telles que les pipelines, les lignes électriques ou les barrages hydrauliques ;

• la surveillance de zones d’intérêts comme les frontières ou le Traffic autoroutier ;

• la cartographie de zones agricoles ou urbaines ;

• la prospection pétrolière.